Pour ma fille de 22 mois, grâce à l'allaitement, elle n'a jamais eu de lait en poudre et encore moins de lait de vache. A partir de un an, je lui ai donné du lait végétal, du lait de riz, puis maintenant du lait d'amandes, du lait de noisettes, de chataîgnes... C'est super bon. Et elle adore. J'ai introduit le lait végétal peu à peu, en veillant à ce qu'elle ne soit pas allergique : du lait de riz pendant une semaine, puis période de repos, puis pendant deux semaines, puis période d'attentes... Puis vers 18 mois du lait d'amandes. Je ne mélange pas tous les laits ensemble, mais j'essaie de voir ce qui lui convient le mieux. Elle a une bonne courbe de croissance selon le pédiatre et n'a pas de carrences. Alors, on continue. Pour la cuisine de tous les jours, c'est pareil, laits végétaux et huile d'olives ou de noisettes..., c'est mieux que le beurre.

Pour les fromages, ou les laitages, du lait de brebis ou de chèvre, je fais quelques exceptions, c'est trop bons parfois !!!

En revanche, pour ne pas paraître insociable, je m'adapte à chaque situation. Si je suis invitée, je ne refuse rien pour ma fille, et en collectivité c'est pareil, elle mange ce qu'on lui donne. Je dois faire avec, je ne veux pas qu'elle soit différente des autres enfants. En grandissant, c'est elle qui fera ses propres choix alimentaires, je ne lui impose rien, je l'accompagne dans ce qui me paraît le plus juste, mais elle reste libre.

Voici plus de précisions sur les danger du lait de vache :

Dans la nature, aucun animal, excepté l'être humain, ne consomme le lait d'une autre espèce. De plus, l'homme est le seul être vivant qui continue de boire du lait une fois passé à l'âge adulte. Et il considère qu'un tel comportement alimentaire, pourtant contre nature, est essentiel pour sa survie!
Le lait de chaque mammifère n'est pas seulement parfaitement adapté aux besoins particuliers des petits de sa propre espèce, mais il convient uniquement aux premiers mois de leur vie. Cela signifie que dans les six premiers mois, et ceci jusqu'au neuvième mois, le nourrisson trouve dans le lait maternel tout ce dont il a besoin. Cette nourriture ne peut pas être remplacée par le lait d'une espèce différente ou par un produit de l'industrie alimentaire.
Pour l'organisme humain, le lait animal est une matière étrangère contre laquelle il réagit, ce qui provoque parfois des allergies, des maladies et autres problèmes :
- Acné
- Fatigue
- Douleurs articulaires
- Ballonnements
- Maux de gorge...
Les allergies ne sont souvent pas mises en relation avec la consommation de lait et sont déclarées comme incurables.

Les industriels nous mentent !

Besoin en calcium 
<< Chaque enfant a besoin de lait (de vache) >>, << Sans lait, on manque de calcium >>, << Le lait de vache est sain >>, etc … Mais en examinant la question de plus près, on constate que cela ne correspond pas à la réalité. Il s'agit en fait de solides préjugés qui sont le résultat de la publicité massive que l'industrie du lait propage dans le public depuis plusieurs décennies …
L'industrie du lait prétend que nous ne pouvons pas vivre sans lait. Comme le lait contient beaucoup de calcium, de nombreux médecins et l'industrie du lait en recommandent une grande consommation. Ce raisonnement semble logique, mais souffre d'un défaut. Il ne résiste pas aux études scientifiques !

Contrairement aux idées reçues, le lait de vache ne contient qu' environ 120 mg de calcium pour 100 g. En comparaison, le persil, le cresson, le soja, le sésame, l'orge, les pois chiches, les noisettes, les amandes, les pistaches, les figues sèches, les crevettes, les sardines fraîches, les algues, … en contiennent souvent plus. Mais il y a aussi : les épinards, le brocolis, les choux-fleurs, le céleri en branche, les navets et certains légumes verts feuillus, haricots secs, haricots blancs, le germe de blé, la semoule, …

Cholestérol 

Les produits laitiers sont riches en acides gras saturés qui élèvent le taux du mauvais cholestérol (LDL), qui se dépose sur les parois des artères, favorisant l'artériosclérose et l'apparition de maladies cardio-vasculaires. On les retrouve dans les produits laitiers non écrémés, le beurre, la crème fraîche, le fromage, mais aussi les viandes, les charcuteries, le jaune d'œuf, l'huile hydrogénée, ….

OGM dans le lait

Nul besoin de démontrer l'interraction et le lien très étroit entre l'alimentation des animaux d'élevage et notre assiette. Je ne peux m'empêcher de penser aux OGM dont la nouvelle réglementation européenne sur l'étiquetage et la traçabilité qui est entrée en application le 18 avril 2004, ne concernera toujours pas les produits issus des animaux nourris avec des OGM tels que : le lait, la viande, la charcuterie, le fromage ou les poissons d'élevage. 60 à 80% des OGM pénètrent " à notre insu " dans la chaîne alimentaire via l'alimentation des animaux d'élevage.

Alternatives pour bébé
- Le lait maternel bien sûr
- Le lait de jument : dans le Bitcherland, en plein cœur du parc naturel régional des Vosges, paissent une centaine de Haflingers, fringants petits chevaux alezans. Ce sont les juments du domaine de la voie lactée, premier lactarium français de lait de jument bio. C'est un lait plus digeste et bien plus proche du lait de femme que le lait de vache.
- Le lait végétal : lait de riz, puis plus tard lait d'amandes, de noisettes... pour éviter les allergies.
Ils se trouvent dans les magasins spécialisés bio ou au rayon diététique des grands magasins.

Pour plus d'infos :

Laroche-walter, Lait De Vache : Blancheur Trompeuse, Mefiez-vous Des Faux Amis, Editions Jouvence, 1998.

Le Berre, Nicolas, Le Lait, Une Sacree Vacherie, Observations, Reflexions, Experimentations.

http://www.bioweight.com/lait.html

http://www.terre-inipi.com/Presse/haas2.html